Socio-judiciaire

Un service aux frontières du social et du judiciaire

La Lutte contre les violences conjugales

 

Même si l’ARS95 n’est pas une association spécialisée, elle intervient et s’engage dans la prévention des violences faites aux femmes à 2 niveaux : en accompagnant des auteurs d’infraction de violences conjugales, mais en proposant aussi désormais une prise en charge pluridisciplinaire de femmes victimes.

Nous combinons 3 approches :

  • Une approche de type sociologique: c’est un phénomène social complexe qui a plusieurs causes et plusieurs formes et qui s’enracine dans les rapports sociaux de sexe. Les auteurs de violences conjugales et leurs victimes ont intégré les schémas de pensée dominants sur les relations hommes-femmes et sont issus de tous les milieux socio-économiques.
  • Une approche psychologique: il s’agit d’identifier les fragilités et les troubles de la personnalité présents chez le partenaire violent. De manière générale, on repère les facteurs de vulnérabilité dans le parcours de vie et les personnalités égocentrées avec différentes problématiques comme la jalousie, le désir de possession. Leur attitude face aux faits consiste à banaliser ou à minimiser. Ils sont plus préoccupés des conséquences pour eux-mêmes que du ressenti de leur conjointe. A l’immaturité s’ajoute une difficulté d’autocritique, une difficulté à exprimer les émotions, à les verbaliser.
  • Un principe « d’aller vers » qui permet de rencontrer sans conditions préalables les victimes, là où elles sont, et là où elles en sont. Ce principe implique le déplacement physique, vers le domicile ou dans un lieu neutre à proximité ; l’ouverture vers autrui, vers la personne dans sa globalité, sans jugement, avec respect. L’objectif de la démarche est d’établir une relation de confiance, de construire un lien solide et durable de manière à faire émerger une demande et une réponse à celle-ci.

action_logement

 

  • S’agissant des femmes victimes, nous sommes missionnés par le pôle social d’ACTION LOGEMENT SERVICES pour les accompagner pendant une durée qui peut varier de 6 mois à un an. A l’accompagnement social lié au logement traditionnel (qui comprend souvent la décohabitation dans tous ses aspects et la gestion du budget) conduit par 2 travailleurs sociaux du service d’intermédiation locative, s’ajoutent des consultations psychologiques et juridiques de professionnels du pôle socio-judiciaire.

Accueillir, écouter, protéger, soutenir, reconnaître, valoriser, informer, orienter, etc. L’accompagnement social, psychologique et juridique est à la fois pluriel dans ses objectifs, et singulier dans la nécessaire prise en compte du caractère unique de chaque situation, de chaque personne, ou de chaque couple.

A la fin, le but est d’avoir aidé, d’une part, à stabiliser la situation matérielle, économique, familiale, psychologique de la femme et de ses enfants, mais aussi de l’avoir orientée vers les acteurs de droit commun (Justice, administrations, associations spécialisées, structures de soin).

 

Qui peut être orientée ?

Toute femme salariée peut solliciter le pôle social d’Action Logement Services via son employeur. Les travailleurs sociaux de cet organisme redirigent ensuite vers nous l’accompagnement des personnes domiciliées dans le Val d’Oise, dès lors qu’il y a eu un dépôt de plainte, seule condition d’entrée dans le dispositif.

Contact : n.gueuti@ars95.fr et k.bathily@ars95.fr

 

justice

 

 

  • S’agissant des auteurs, plusieurs dispositifs sont consacrés aujourd’hui à cette catégorie d’infracteurs par les équipes de l’ARS95 :
  • L’accompagnement individuel

Il intègre forcément 3 dimensions importantes : la conscientisation d’une problématique de violence, l’orientation vers le soin et l’organisation de la décohabitation administrative. S’agissant du soin, il peut se passer directement dans les locaux de l’ARS95 puisqu’un psychologue reçoit en entretien une journée par semaine. Diplômé en psycho-criminologie, il dispose d’outils permettant de conduire des thérapies courtes, dans le cadre de mesures ne durant que quelques mois.

  • Le groupe de parole

La participation au groupe de parole peut constituer une des modalités de l’obligation de soins. Les groupes sont conduits par 2 psychologues spécialisés (une femme et un homme) et ont une visée thérapeutique.

  • les stages de sensibilisation

Dans le cadre des compositions pénales (voir rubrique antenne pénale), des stages sont organisés chaque mois.  L’objectif se situe dans une logique sociale de prévention, pour des faits de nature peu grave (pas ou très petite ITT) et quand il s’agit des premiers.  Cette forme de travail permet en 2 jours de traiter autant les droits fondamentaux de tout être humain que les thématiques existentielles propres à toute vie de couple : les relations hommes-femmes et les rôles sociaux prédéterminés incitant à des schémas de domination, les problématiques de jalousie, la peur de perdre l’autre, les stratégies d’évitement possibles, la communication non violente. Y témoignent des magistrats et des policiers afin de replacer le cadre de la loi.

  • Les stages de responsabilité parentale

Le pôle socio-judiciaire comprend plusieurs psychologues qui interviennent sur le champ de la parentalité au sein des dispositifs « parloirs pères-enfants » et espace de rencontre. Par suite, nous conduisons depuis cette année des stages de responsabilité parentale, y compris à destination d’auteurs de violences intrafamiliales, à la demande des SPIP.

  • Une place en CHRS pour l’éloignement des hommes violents

Une place est dédiée dans le cadre d’une convention avec le TJ de Pontoise à l’hébergement d’un homme violent dans la phase pré-sententielle, dans le cadre d’une alternative à l’incarcération.

arca

 

  • La formation des gendarmes et des policiers du Val d’Oise et d’équipes de travailleurs sociaux, en partenariat avec l’ARCA

 

Depuis 2020, l’équipe de l’antenne pénale a développé des actions de formations à destination des gendarmes et des policiers du Val d’Oise, ainsi que d’équipes de travailleurs sociaux.

Soit il s’agit de formats courts pour expliquer ce que nous faisons avec ces auteurs, soit il s’agit de formations sur 3 jours beaucoup plus approfondies, avec la mise à disposition d’outils permettant de mieux évaluer les situations de violences conjugales.

Contact : k.bathily@ars95.fr

Les actualités de l'association

SEVE EMPLOI

L’ARS95 participe cette année au programme SEVE EMPLOI piloté par la Fédération des Acteurs de la Solidarité. Le principe est de développer la médiation avec les entreprises pour trouver de l’emploi durable à nos salariés en transition professionnelle qui sont sur les chantiers d’insertion. Nous...En savoir plus

ON PARLE DE COUSU MAIN !

Un très bel article paru dans journal de la ville d’Argenteuil sur COUSU MAIN !  et n’oubliez pas, COUSU MAIN a son compte Facebook et son compte Instagram ! https://www.facebook.com/COUSU-MAIN-Recyclerie-101671782118240/ @cousumainrecylclerieEn savoir plus

L’ATELIER DEBAT SUR LE THEME DES VIOLENCES CONJUGALES

Le 4 juin, à l’occasion de la journée portes ouvertes, nous avons conduit un atelier-débat sur le thème des violences conjugales. https://youtu.be/UFw8g9qa7I0 Le premier plateau était composé de professionnelles de l’ARS95, Kani Sow et Hélène Claudel, de Patricia Papillault (responsable de l’accompagnement social chez Action...En savoir plus

Newsletter